Je ne suis pas contre la télé en elle-même, un appareil diffusant des images et du son, mais plutôt contre les programmes diffusés par les principales chaînes. Cet appareil crée naturellement un fort attrait de la part du spectateur. C’est dans la nature même de notre esprit de s’intéresser à des objets lumineux en mouvement. On devrait donc déjà, à la base, se méfier que notre attention ne se dirige entièrement vers cet objet. En plus de cette attirance naturelle, les programmes télé sont conçus de telles sortes qu’ils accaparent avec une grande efficacité l’attention du spectateur.

Comment accrocher le spectateur? L’astuce principale pour capter encore plus l’attention du spectateur est de stimuler uniquement l’émotion et jamais la réflexion. Notre esprit est fait de telle sorte que les émotions appellent d’autres émotions. Comme une drogue, on n’est jamais rassasié. Les programmes télé distillent des émotions dans l’esprit et le maintiennent ainsi dans un état de demande. Le spectateur est alors accroché.

Pourquoi de tels programmes sont créés? Qui les fait et dans quel but? On peut déjà remarquer que tous ces programmes se captent gratuitement (ou presque). Mais rien n’est gratuit. Le financement est assuré par les publicités (ou bien une partie par l’État dans le cas des chaînes publiques). On voit donc que les dirigeants des chaînes sont principalement des marchands. Leur seul but est d’accumuler le plus d’argent possible.

Comment atteindre ce but? Simplement en contrôlant l’esprit des gens. On voit que les programmes télé sont hypnotiques. Ils endorment l’esprit critique et laisse une porte ouverte vers l’inconscient. On peut comparer les programmes télé au cheval de Troie: un cadeau contenant un ennemi mais qu’on accepte malgré tout. Il suffit aux concepteurs de programmes télé d’y glisser les comportements auxquels ils veulent que les gens adhérent.

Quels comportements sont diffusés par ces programmes? Le modèle de comportement montré est celui d’une personne impulsive qui fait tout pour satisfaire ses désirs. C’est typiquement le comportement d’un enfant mais adapté pour les adultes. De James Bond qui veut être le mâle dominant à Omer Simpson qui veut boire des bières sans être dérangé, tous les héros ne cherchent qu’à satisfaire leurs désirs et laissent libre cours à leurs émotions. Une fois ce comportement inculqué, la publicité va susciter les désirs vers tous les produits vendus en magasin. Et les marchands ramassent la monnaie.

Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ‘business’, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. [...] Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible.

Citation de Patrick Le Lay, dirigeant de la chaîne TF1, dans Les dirigeants français et le changement

Cette manière de construire les programmes s’applique aussi aux journaux et documentaires d’information. Le choix des sujets et la manière dont ils sont traités est spécialement adapté pour l’émotionnel. L’accent est mis sur la présentation des événements: il s’est passé ceci, cela. Les gens s’indignent (ou se réjouissent) et on passe à autre chose. Pas d’explication en profondeur.

Le seul aspect positif de ces programmes est leur effet relaxant. Le revers de la médaille est malheureusement assez sombre. Propagande, endoctrinement, conditionnement. Tous ces termes réservés aux régimes dictatoriaux s’applique aussi à notre « démocratie ». Pourquoi faire une distinction entre propagande politique et propagande commerciale? L’argent est-il un bien qu’on peut gaspillé, sans importance?

Quel est le lien entre la politique et les marchands? La politique a besoin d’un moyen pour s’adresser aux électeurs. Le seul moyen efficace est la télé. La télé est contrôlée par les marchands. Les marchands vont donc favoriser les politiques leur permettant de continuer leur petites (plutôt grandes) affaires. Les politiques qui remettent en question ce système sont présentées comme utopiques ou sont marginalisées. Comme les gens sont hypnotisés par les programmes télé des marchands, aucune surprise n’est possible. La politique que les gens choisissent est celle ayant la meilleure image, celle voulue par les marchands.

Il existe bien quelques exceptions comme par exemple le NON au traité constitutionnel européen malgré une campagne médiatique « légèrement » orientée en faveur du OUI. Dans ce cas là, la pilule était trop grosse à faire passer. Par contre, lors de l’élection présidentielle, on a bien vu que … le favori des médias l’a emporté.

Comment faire pour que les gens se libèrent de cet esclavage médiatique ???

Commentaire:

Merqur, le 4 septembre 2007 à 07:46

Mmm, je suis assez pessimiste, je pense que les gens ne se libéreront jamais de cet esclavage, et que les médias redoubleront d’efforts pour garnir le plateau offert aux téléspectateurs de programmes de plus en plus abrutissants.
Et vive TF1...