Aujourd’hui, les historiens utilisent des archives en papier pour leurs recherches. Avec l’invention de l’ordinateur, de plus en plus de documents sont maintenant produits directement sous forme numérique. Comment les historiens du futur réussiront-ils à trier et ordonner tous les documents numériques (= des fichiers) qui seront à leur disposition ? Comment savoir si le document est authentique ? n’a pas été modifié ? et comment le dater ?

L’intégrité d’un document (= le document n’a pas été modifié) peut être vérifiée avec une signature numérique du document.
Par contre, la date indiquée par la signature numérique peut être choisie en réglant la date de l’ordinateur utilisé pour produire cette signature. La date inclue dans la signature n’est donc pas fiable.
Pour obtenir une garantie incontestable de la date d’un document, il doit être possible de demander une reconnaissance de date à un huissier ou un notaire.
Si le document est sans conséquences importantes, un moyen simple pour aider les futurs historiens est d’ajouter une information historique (= mort de personne célèbre, événement politique, etc) dans le document avant de le signer. On peut ainsi garantir que le document a été signé après l’événement cité.

En résumé, pour publier un document qui pourra traverser l’histoire, il faut fournir un paquet de 3 fichiers :

  • fichier A :
    • si l’information historique n’est pas contenue dans le document : un fichier archive (de type ZIP) regroupant le document et un autre fichier contenant l’information historique
    • si l’information historique est contenue dans le document : le document seul
  • fichier B : la signature numérique du fichier A
  • fichier C : la clef publique utilisée pour la signature numérique

Il reste un dernier détail à surveiller. Les algorithmes utilisés pour signer un document peuvent être cassés un jour ou l’autre. Tous les documents stockés doivent être signés avec un algorithme qui n’a pas encore été cassé. Pour s’en assurer, il faut régulièrement (tous les 5 ou 10 ans) réutiliser la méthode précédente pour l’ensemble des fichiers A, B et C, regroupés dans une archive, en utilisant le meilleur algorithme de signature disponible.

exemple :