Un article scientifique de synthèse a été écrit pour donner un aperçu des travaux scientifiques déjà publiés concernant le climat. Cet article conclut que les émissions de CO2 par les activités humaines n’est pas la cause du réchauffement climatique. Il a servi de base à une pétition signée par 9000 chercheurs américains: cette pétition demande au sénat américain de ne pas ratifier le protocole de Kyoto. Vous trouverez l’article original ici: Global Warming Petition Project. Pour ceux qui ne lisent pas l’anglais, voilà un petit résumé de cet article:

Effets environnementaux de l’augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique

(traduction du résumé d’introduction de l’article)
Une synthèse de la littérature traitant des conséquences environnementales de l’augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique mène à la conclusion que les augmentations durant le 20ème et le début du 21ème siècle n’ont produit aucun effet délétère sur la météo et le climat terrestre. L’augmentation du dioxyde de carbone a, par contre, notablement augmenté la croissance des plantes. Les prédictions d’effets climatiques nocifs causés par de futures augmentations de l’utilisation d’hydrocarbures et de gaz à effets de serre mineurs comme le CO2 ne sont pas conformes aux connaissances expérimentales actuelles. Les effets environnementaux du développement rapide de l’industrie nucléaire et pétrolière sont discutés.

L’article montre d’abord le graphe de température de la mer des Sargasses depuis 3000 ans. On y remarque le maximum de température du Moyen-Âge (vers l’an 1000) puis le minimum du petit âge glaciaire vers 1600. En tous les points du globe, ces 2 événements se remarquent.

Ensuite, on peut voir le graphe de la longueur des glaciers, ou plutôt leur rétrécissement. On constate que le rétrécissement des glaciers a commencé vers 1850 et qu’il se poursuit au même rythme depuis. L’utilisation des hydrocarbures n’a eu aucun impact sur ce rétrécissement.

On voit ensuite la comparaison entre l’activité solaire et la température de l’Arctique. Ces 2 courbes sont très corrélées, elles ont la même allure. La corrélation avec la température des États-Unis se remarque aussi.

L’article poursuit avec des statistiques météo: la quantité de pluie, le nombre de dangereuses tornades, le nombre d’ouragans: l’évolution de ces indices ne semblent pas liée à l’augmentation de l’utilisation des hydrocarbures. C’est une évolution faible.

La dernière donnée climatique fournie est l’évolution du niveau de la mer. On remarque que c’est une évolution similaire au raccourcissement des glaciers.

Ces données sont rassemblées dans un même graphe que voici:

graph climat

On peut relier l’évolution des glaciers, du niveau de la mer et de la température à l’activité solaire mais pas à l’utilisation d’hydrocarbures.

On nous montre ensuite l’évolution du taux de CO2 dans l’atmosphère: il y a eu 30% d’augmentation depuis l’ère industrielle. Sur des temps géologiques, il est montré que le taux de CO2 est une conséquence de l’élévation de température et non l’inverse.

L’effet de serre prédit par l’IPCC (GIEC en français) se base uniquement sur des simulations informatiques. Le problème est que les incertitudes des modèles informatiques employés sont supérieures à l’effet de serre prédit!!!

Dans une petite partie, sans courbes, il est mentionné quelques moyens permettant des refroidir la Terre en cas de besoin. Il est aussi intelligemment fait remarquer que nous ignorons la température idéale qui donnerait un niveau de vie optimal à l’humanité. Et il serait vraiment surprenant que ce soit la température actuelle.

L’effet sur les plantes de l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère est ensuite présenté. On voit que certains pins des États-Unis ont eu leur croissance accélérée et que le volume de bois des forêts américaines a augmenté de 40% depuis 50 ans. Des expériences montrent que l’augmentation du CO2 favorise la croissance de toutes les plantes.

L’article termine par une comparaison entre les différents moyen de production de l’énergie. On voit que le coût de l’énergie nucléaire et charbonnière est le plus bas. L’article se prononce pour la suppression des taxes à la production d’énergie pour que l’énergie ait le plus bas coût possible car une énergie à bas coût est une condition nécessaire pour le développement d’un pays.

Cet article est une pierre de plus lancée pour abattre la propagande apocalyptique mise en place pour nous faire retourner à l’âge de pierre. Les faits présentés sont incontestables. La vraie raison politique de cette propagande est d’empêcher le développement des pays pauvres, comme la Chine ou l’Inde, en imposant une limitation mondiale de l’utilisation du pétrole. On voit aussi qu’on veut empêcher l’acquisition de la technologie nucléaire par l’Iran au prétexte des armes atomiques. Et, comme par hasard, c’est l’autre moyen de production d’énergie à bas prix...