Après la découverte de la tombe de Toutankhamon, après la découverte des dinosaures, après la découverte des villes mayas ensevelies dans la jungle, une découverte mêle ces 3 caractéristiques : corps momifié, espèce inconnue, civilisation inconnue.

Des pilleurs de tombes ont retrouvé dans un tombeau du désert de Nazca, au Pérou, plusieurs corps desséchés. Ces corps, humanoïdes, ont tous vécus il y a plus de 1000 ans mais ne sont pas de l’espèce humaine, ni d’aucune espèce connue.

Une caractéristique commune à ces corps est qu’ils n’ont que 3 doigts aux mains et aux pieds. Les scientifiques ayant analysé ces corps ont distingués 2 espèces différentes : une espèce « proche » de l’homme en apparence, et une espèce inclassable pour l’instant, proche des reptiles ou des oiseaux.

Pour se convaincre de la réalité de ces corps, qu’ils n’ont pas été fabriqués par un faussaire, des analyses ADN et carbone 14 ont été réalisées. L’analyse carbone 14 permet de dater ces corps. Les résultats sont concordants entre les différents échantillons analysés : l’âge des différents corps s’étend au-delà de 1000 ans. Les analyses ADN, qui doivent être approfondies, ont permis de quantifier l’écart entre l’ADN humain et celui de ces corps : ces corps sont d’une espèce non-humaine et non-répertoriée dans les bases de données ADN actuelles.

Des radios et scanners haute-définition ont permis d’observer leur intérieur. Les analyses de ces images excluent l’assemblage artificiel à partir de différents animaux : les membres et organes sont bien ajustés les uns avec les autres.

Pour l’espèce la plus différente de l’homme, un des corps montre des œufs en gestation.

Un corps de bébé a eu les mains et les pieds mutilés : ils restent encore la « racine » de 2 doigts, pouce et auriculaire, sur chaque main et pied.

À part le corps de bébé mutilé, les autres corps ont bien des caractéristiques non-humaines. Par exemple, l’espèce « proche » de l’homme a un talon différent du talon humain, en plus de n’avoir que 3 doigts. Un autre exemple avec l’espèce « éloignée » : absence de dents et de système de mastication.

Comment comprendre, comment intégrer cette découverte avec les connaissances actuelles ? Voilà une liste d’hypothèses plus ou moins combinables entre elles.

  • Une espèce inconnue, intelligente a existé parallèlement à l’espèce humaine. Elle était localisée dans le désert de Nazca.
  • Cette espèce a disparu après la rencontre avec les humains (maladie, destruction de leur environnement).
  • Les humains ont rencontré cette espèce et des hybrides sont nés.
  • Les espèces sont trop différentes pour pouvoir s’hybrider, les hybrides sont stériles.
  • Suite à leur disparition, les humains créent un culte envers cette espèce. Des mutilations rituelles cherchent à imiter la morphologie de cette espèce.
  • Cette espèce quitte la région quelques années après l’arrivée des humains.

L’institut péruvien qui a « découvert » ces corps a eu besoin d’argent pour financer les analyses. Pour obtenir ces financements, ils ont choisi de mettre en avant la ressemblance de ces corps avec des corps d’extra-terrestres. Ce choix a été fait dans un but de communication, pour toucher un grand nombre de personnes et ainsi obtenir assez de dons. Le site qu’ils ont créé pour présenter les résultats de leurs études fait donc référence au thème des extra-terrestres. Malgré cette façade ufologique, ils n’utilisent jamais de fantasmagories dans leurs analyses. Ces analyses restent toujours dans le champ scientifique.

Pour en apprendre plus sur ce sujet : www.the-alien-project.com.