mercredi 29 novembre 2006, 17h13

Un commerçant niçois agressé et jeté dans un ossuaire au milieu de 2.000 cadavres

NICE (AFP) – Un commerçant niçois a été retrouvé vivant mercredi dans l’ossuaire du cimetière de l’est à Nice où il avait passé la nuit au milieu de 2.000 cadavres après avoir été agressé.

C’est un fossoyeur qui a donné l’alerte après avoir entendu des appels au secours, a expliqué André Chauvet, adjoint au maire de Nice en charge des cimetières.

Les sapeurs-pompiers ont mis plus d’une heure pour sortir le malheureux qui avait passé la nuit au milieu de 2.000 cadavres entassés dans cette fosse mesurant huit mètres de diamètre et 11 mètres de profondeur, a ajouté l’élu. Après lui avoir jeté une couverture de survie, l’un des sauveteurs a réussi à descendre auprès de lui pour lui permettre de s’harnacher à des sangles à l’aide desquelles il a été remonté en surface.

La plaque en fonte qui obstrue l’orifice de 70 cm de long sur 50 cm de large par où sont jetés les corps avait disparu, a indiqué le gardien du cimetière. « Cette absence avait attiré l’attention du fossoyeur », a expliqué le fonctionnaire qui requiert l’anonymat. « Heureusement qu’il y avait des ossements sinon avec une chute de 11 mètres, il y passait ».

Portant des ecchymoses à la tempe et au visage, le rescapé qui a déclaré être patron d’un bar et s’appeler Eric Travers, était choqué mais conscient, a expliqué M. Chauvet. Il a indiqué avoir été agressé par plusieurs individus mardi soir dont un était armé qui ensuite l’on jeté dans l’ossuaire, a rapporté l’élu. « J’ai un peu mal à la tête », a-t-il ajouté.

Il devait être ensuite hospitalisé, a-t-on appris auprès de la police.

Une enquête pour tentative d’homicide volontaire a été ouverte mercredi après-midi, a-t-on appris auprès du parquet.

L’ossuaire du cimetière de l’est situé à proximité du quartier périphérique de l’Ariane, ou se sont déroulé récemment des affrontements entre communautés, accueille les dépouilles retirées des concessions qui ne sont pas renouvelées par les familles.