squelettes enlacés

jeudi 8 février 2007, 17h53

A Mantoue, les restes d’un couple enlacé enterré il y a quelque 6.000 ans

ROME (AFP) – Des archéologues italiens ont mis au jour près de Mantoue (nord) les restes d’un couple enlacé, probablement un homme et une femme, enterrés il y a quelque 6.000 ans, a indiqué mercredi à l’AFP Elena Menotti, qui a dirigé les recherches.

Découverts lundi lors de travaux dans une zone industrielle, les deux squelettes se font face et leurs fronts se touchent presque, leurs bras et leurs jambes sont emmêlés dans une ultime étreinte.

« Nous avons trouvé ces deux individus enlacés dans une sépulture néolithique. Nous supposons que ce sont un homme et une femme, les tests ADN devraient pouvoir nous éclairer d’ici quelques mois. D’après les premières observations, ils étaient jeunes car leur denture est complète et présente peu de signes d’usure », a expliqué Elena Menotti.

« Tout le monde se demande évidemment pourquoi ils ont été enterrés enlacés. Je pense pour ma part que c’est le témoignage d’un grand sentiment d’amour qui a traversé le temps. Car quelle que soit la raison pour laquelle ils ont été mis en terre dans les bras l’un de l’autre, c’est qu’il y avait un sentiment entre eux », a souligné Mme Menotti.

L’archéologue réfute ainsi toute idée d’une femme sacrifiée pour être enterrée aux côtés de son mari décédé de mort naturelle: « dans ces cas baptisés les +sacrifices de la veuve+, la femme est mise en terre aux côtés de l’homme et non pas dans ses bras », a-t-elle précisé.